En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus.

Edito

Sophie Martinon, Directrice Générale - ANAP

Je profite de cette période de vœux pour vous souhaiter une excellente année 2018, placée sous le signe de l’amplification du virage ambulatoire !

L’ensemble des établissements et des professionnels de santé sont engagés dans l’adaptation des modes de prise en charge des patients et l’accélération du virage ambulatoire. Ce mouvement porté par les progrès médicaux et techniques se traduit par la réduction, depuis de nombreuses années, des risques évitables pour les patients comme des durées de séjour à l’hôpital. Les évolutions que porte ce mouvement appellent un profond renouvellement de l’organisation des différents secteurs d’activité des établissements de santé.

Je tiens à saluer et à souligner les efforts, l’implication des professionnels et des responsables des communautés hospitalières, qui soutiennent au quotidien ces dynamiques de changements.

Il s’agira dans les mois et années à venir de valoriser et d’amplifier la trajectoire de chacun, notamment au travers de la capitalisation de vos retours d’expérience.

A bientôt, dans un cadre renouvelé d’accompagnement, quel que soit le format, mais toujours et encore présents en appui à vos côtés.

Bonne lecture !


Ils en parlent…

Mise en œuvre du Plan Triennal en Corse : les établissements et l’ARS partagent leur expérience

L’ARS de Corse et les Centres hospitaliers de Bastia et d’Ajaccio témoignent de leur vécu du Plan Triennal et de l’appui de l’ANAP.

Interview de Gilles BARSACQ, Directeur Général, ARS Corse

Pourriez-vous nous parler de la mise en œuvre du Plan Triennal auprès des établissements de Corse ?

La modernisation des établissements de santé a été inscrite comme le premier enjeu du PRS 2012-2016 adopté par l’ARS de Corse. Les thématiques et actions déployées dans le cadre du PRS correspondent pour une majeure partie aux plans d’actions des différents blocs du plan triennal 2015-2017. Pour l’ARS, ce nouveau plan s’inscrivait dans la continuité d’actions déjà engagées dans la région.

En effet, parmi les établissements de Corse, les deux plus importants que sont Bastia et Ajaccio font l’objet d’un suivi spécifique en COPERMO.

Dès le démarrage du Plan Triennal, il était impératif pour l’ARS d’articuler les différentes actions COPERMO, PRE et Plan Triennal, qui sont parfois communes ou complémentaires.

Pour assurer une articulation entre les différents plans, l’ARS a convié régulièrement le binôme ANAP au point d’avancement COPERMO dans le cadre d’un Comité de suivi associant également d’autres partenaires - Assurance Maladie et DRFIP - afin de favoriser un meilleur partage avec toutes les parties prenantes.

Les problématiques étant complexes et nombreuses en Corse (pénurie de praticiens, renouvellement important des équipes managériales, insularité,…), ces deux établissements ont entamé leurs chantiers du Plan Triennal plus tardivement que dans les autres régions.

Une réunion de lancement a été organisée au sein de l’ARS en présence de la direction générale et de ses référents thématiques, la direction générale des deux établissements de santé et leurs présidents de CME, ainsi que l’assurance maladie et le binôme ANAP. Des points réguliers ont ensuite été réalisés avec l’ensemble des acteurs afin de s’assurer de l’état d’avancement des travaux, notamment des prérequis indispensables à la mise en œuvre des actions du Plan Triennal. L’accompagnement de l’ANAP a porté plus spécifiquement sur les thématiques du virage ambulatoire.

Quelles ont été les priorités de l’ARS ?

L’une des priorités de l’ARS est d’accompagner les établissements pour qu’ils puissent retrouver leur équilibre financier et ainsi dégager des marges de manœuvres.

Cela implique un fort investissement de l’ensemble des acteurs à la fois sur des actions d’amélioration à court terme mais également en préparant la mutation organisationnelle pour l’avenir (ex : futur hôpital d’Ajaccio, modernisation du CH de Bastia).

Les enjeux organisationnels pour mieux structurer l’offre sont d’ailleurs un axe fort de notre Schéma Régional d’Organisation des Soins du Projet Régional de Santé 2012-2017 : le développement de prises en charge en ambulatoire, notamment la chirurgie ambulatoire a ainsi été la thématique ayant mobilisé le plus l’accompagnement de l’ANAP pour permettre à nos deux établissements de s’approprier les concepts et outils proposés sur le virage ambulatoire.

Y-a-t-il des spécificités propres à la Corse qui impactent la mise en œuvre de ce plan, notamment sur l’ambulatoire ?

En Corse, les flux touristiques sont de 2 à 3 millions de personnes annuellement selon une estimation de l’INSEE. La population a une valeur annuelle moyenne corrigée de 330 000 habitants. Face à de telles variations, le système de santé est confronté à un effort permanent d’adaptation.

Cela se traduit surtout par une augmentation de la consommation en médecine ambulatoire et un accroissement du recours aux consultations non programmées dans les établissements de santé.

Une autre particularité concerne la prise en charge des personnes âgées car la Corse est une des régions les plus vieillissantes et devrait à horizon 2040 devenir la région la plus âgée de France (en 2040, une personne sur trois aura plus de 65 ans, contre une sur cinq actuellement).

L’analyse de la démographie médicale met en exergue une situation de fragilité dans un certain nombre de territoires ruraux de l’île. Accroître l’attractivité régionale tant du point des établissements de santé que des professionnels libéraux reste ainsi une priorité partagée par l’ensemble des professionnels et des représentants de la population.

D’autant que les interfaces ville-hôpital sont des prérequis indispensables pour une meilleure coordination et prise en charge en ambulatoire.

Ces spécificités impactent la mise en œuvre du plan dans les établissements, notamment par exemple :
- une augmentation des prises en charge aux urgences lors des périodes saisonnières qui complexifient les programmes opératoires en chirurgie,
- un contexte géographique montagneux qui nécessite des réflexions complémentaires pour le développement des prises en charges en ambulatoire et dans lequel le concept d’expérimentation « d’hébergement non médicalisé » prend tout son sens,
- la mise en œuvre d’une approche « parcours du patient » en chirurgie ambulatoire où la continuité de sa prise en charge entre le domicile et l’établissement de santé avant et après l’acte opératoire par les différents acteurs de santé doit être organisée.


Interview de Jean-Luc PESCE, Directeur Général, Centre hospitalier d’Ajaccio

Comment avez-vous vécu la mise en œuvre du Plan Triennal ?

Les problèmes de gouvernance et la situation financière  de l’établissement  n’ont pas permis que la dynamique plan triennal  s’installe dès le début du plan. Cependant la feuille de route définie en 2014 posait les bonnes orientations, elle a été reprise en 2016 avec une volonté forte de la Direction.

Depuis un an, en lien avec le COPERMO qui reprend les mêmes thèmes, chaque direction fonctionnelle s’implique dans la mise en œuvre des fiches actions.  Dans chaque domaine il a été nécessaire de reconstruire les bases de gestion et de restructurer les organisations des services DAF, DRH, Affaires Economiques, Logistiques et Biomédical.

L’établissement  porte en même temps le projet de reconstruction d’un nouvel hôpital, avec une ouverture prévue fin 2018. Les enjeux sont donc très forts dans tous les champs et plus particulièrement concernant la maitrise de la masse salariale, le virage ambulatoire, la gestion des lits, le recrutement médical. Le plan triennal s’avère donc adapté à nos priorités.

Les avancées en termes de recrutement médical dans plusieurs spécialités nous laissent espérer une implication plus forte de la communauté médicale dans les projets.

Sur quelle action avez-vous travaillé prioritairement dans le cadre du Plan ?

Le virage ambulatoire, particulièrement en chirurgie. La réduction du capacitaire des lits d’hospitalisation dans ce secteur d’activité dans le nouvel hôpital, en même temps que l’augmentation du nombre de places en ambulatoire, nous obligent à organiser rapidement une forte progression des prises en charge des patients en ambulatoire. Deux enjeux : être capables de transférer de l’activité d’hospitalisation en ambulatoire et développer l’offre de soins.

Quels ont été les apports de l’ANAP dans le cadre de cet accompagnement ?

Les outils mis à disposition par l’ANAP sont d’une grande utilité pour les professionnels impliqués dans le Plan Triennal. Le partage des retours d’expériences à travers les CPO,  les sessions d’accompagnement sur site et inter établissements permettent de créer une dynamique positive. La participation des professionnels au Cercle TOVA est un véritable lieu d’échanges qui permet ensuite une diffusion sur le terrain. Le rythme des sessions est aussi un soutien dans la planification et l’organisation de l’atteinte de nos objectifs.

La venue de l’ANAP sur site pose un regard externe, avec une meilleure connaissance du terrain. Elle participe ainsi à l’élaboration  de nos nouvelles orientations.

Quels sont les enjeux et les perspectives de demain ?

Au regard de notre retard, poursuivre le plan d’action dans tous les champs. Exploiter le bilan du Plan Triennal de notre établissement pour mettre en place de nouvelles organisations qui nous permettent de poursuivre collectivement,  avec une meilleure implication des acteurs.


Interview de Pascal FORCIOLI, Directeur Général, Centre Hospitalier de Bastia

Comment avez-vous vécu la mise en œuvre du Plan Triennal ?

Pour la direction du centre hospitalier de Bastia, la mise en œuvre du Plan Triennal s’est superposée à l’obligation que nous avons eue du COPERMO de mettre en place un plan d’action efficience pluriannuel en vue du redressement financier progressif de l’établissement. Ce plan d’action a été présenté au COPERMO en 2015 puis dans une version beaucoup plus affinée en 2016. De fait, nous avons intégré totalement les objectifs de la feuille de route stratégique et de la feuille de route opérationnelle pour 2015-2017 dans notre plan d’action efficience 2015-2020. Nous avons ainsi assuré la cohérence entre notre plan d’action efficience, le Plan Triennal, le programme PHARE et aussi la certification de l’établissement par la Haute Autorité de Santé sur les aspects touchant à la prise en charge médicamenteuse.

Sur quelles actions avez-vous travaillé prioritairement dans le cadre du Plan ?

Dans le cadre du Plan Triennal et de notre plan d’action efficience, nous avons travaillé prioritairement entre 2015 et 2017 sur le virage ambulatoire (développement de la chirurgie ambulatoire non seulement pour les gestes placés sous entente préalable, développement des hôpitaux de jour), l’efficience de l’organisation hospitalière (chantier gestion des lits, chantier diminution de la DMS), les prescriptions hospitalières délivrées en ville, la substitution des médicaments génériques et des biosimilaires (concrétisée massivement dans les choix effectués par le groupement régional corse d’achat des produits de santé en 2016), l’identification des prescripteurs avec le n° RPPS et l’identifiant FINESS.

Quels ont été les apports de l’ANAP dans le cadre de cet accompagnement ?

En sus des interventions collectives sur les régions PACA et Corse, l’ANAP nous a proposé un appui individuel avec des interventions sur site. Cet appui et les interventions sur site de l’ANAP et du consultant partenaire de l’ANAP ont favorisé un travail partagé sur la méthodologie, les chantiers internes, l’interaction avec les référents de l’ANAP sur les sujets du bloc, du médicament, de la gestion des lits. Les séances individuelles ont bénéficié d’une forte participation médicale et soignante sur les différents chantiers et constitué un bon aiguillon externe pour l’avancée des chantiers. L’établissement a aussi participé à plusieurs éditions du Cercle TOVA en 2016 et 2017.

Quels sont les perspectives et les enjeux de demain ?

Une véritable dynamique s’est créée depuis 2015 avec une forte implication du niveau managérial, directeur d’établissement, directeurs adjoints et direction des soins. La poursuite des chantiers en cours est intégrée aux objectifs du plan d’action efficience qui s’étend jusqu’en 2020. La méthodologie de conduite de projets a été mise en place à l’occasion du plan triennal avec le chef de projet opérationnel, les pilotes de projets et les groupes projets. L’enjeu est de pérenniser la dynamique créée, soutenir la motivation des groupes projets et la valorisation des actions et des résultats. A cet égard l’implication de l’ANAP dans les sessions individuelles permet une reconnaissance externe des travaux entrepris et des démarches en cours, même lorsque les résultats attendus ne sont pas pleinement atteints.


Retour sur le dernier séminaire ROP

Les référents opérationnels régionaux des ARS et de l’Assurance Maladie se sont réunis les 28 et 29 septembre 2017, aux côtés des équipes ministérielles, de la CNAMTS et de l’ANAP.

Les référents thématiques du Ministère et de la CNAMTS ont partagé les éléments d’actualité concernant le suivi et les perspectives du Plan Triennal, les éléments de bilan du CPOM, les CAQES et PRADO.

Une table ronde relative aux dispositifs de financement en faveur du développement de l’ambulatoire a réuni la DGOS , la DSS, la CNAMTS ainsi que des représentants de l’ARS PACA et de l’Assurance Maladie Ile-de-France. L’ARS et l’URPS infirmiers libéraux des Hauts-de-France ont ensuite présenté « ISIPAD », démarche et plateforme régionales favorisant la coordination ville-hôpital.

Le sujet des hôtels hospitaliers a également été abordé par la DGOS , puis illustré par un partage d’expérience de l’ARS Ile-de-France.

Des ateliers d’échanges ont également permis aux référents ARS et AM de partager leurs vécus,  bonnes pratiques et bilan en matière de pilotage régional et d’appui ANAP au Plan Triennal. Les ARS ont souligné l’intérêt et la richesse des productions portées et présentées par les ARS au cours de ces séminaires ROP trimestriels.

Le prochain et dernier séminaire initialement prévu en décembre est reporté au 1er février 2018.


Planning

Fin du dispositif d'appui de l'ANAP


Chiffres clés

  • 27 mois d’appui aux côtés des établissements et auprès des ARS
  • 196 établissements accompagnés
  • 630 sessions collectives animées en régions
  • 3356 Sessions individuelles réalisées auprès des établissements
  • 81 thématiques clés abordées en sessions, dont :

    • 48 thématiques Métier, les plus abordées étant : hôpitaux de jour de médecine, chirurgie ambulatoire, gestion des lits, maquettes organisationnelles…
    • 33 thématiques Projet, les plus abordées étant : gestion de projet, pilotage, indicateurs opérationnels, plan de communication…

  • 9 séminaires, réunissant chaque trimestre l’ensemble des représentants des ARS, de l’Assurance Maladie, du Ministère, de la CNAMTS et de l’ANAP.
  • 5 Cercles TOVA, regroupant à chaque édition plus de 300 professionnels dont 60% de médecins et de soignants, représentant en moyenne 120 établissements de santé, publics et privés

    • 90 retours d’expériences sur 6 thèmes relatifs au virage ambulatoire
    • 5 documents de restitution des Cercles TOVA

  • 5 Cercles sur les plateaux médico-techniques (Imagerie, Blocs opératoires et Urgences)

    • 5 documents de restitution

> Téléchargez, sur le site de l'ANAP, les documents de restitution des Cercles TOVA et Plateaux Médico-techniques


L'appui du mentorat

Session collective n°15 : l’heure du bilan et des suites à donner

Les établissements mentorés ont participé courant novembre à une ultime session collective (n°15), placée sous le signe du bilan, le plus souvent en présence des Directeurs et des présidents de CME. La grande majorité des ARS a été représentée, ainsi que l’Assurance Maladie.

Lors de cette session, une synthèse qualitative et quantitative du bilan de l’accompagnement a été partagée. La parole a été donnée aux établissements, qui ont pu mettre en lumière leurs actions, les résultats obtenus et également se projeter sur le reste à faire et les modalités de pérennisation des transformations engagées.

Les thématiques métiers les plus traitées au cours des 630 sessions collectives animées sur l’ensemble des régions ont été l’hôpital de jour de médecine, la chirurgie ambulatoire et la gestion des lits. Les thématiques projets concernant les indicateurs opérationnels, la gestion de projet et le plan de communication ont également fait l’objet de nombreux échanges et travaux en sessions.

Le mentorat : quelle vision des acteurs accompagnés ?

Une démarche de bilan qualitatif a été menée auprès des acteurs ayant collaboré avec l’ANAP au cours de l’appui au Plan Triennal (Chefs de projet opérationnels des établissements, Référents Opérationnels et Comex ARS, Référents Assurance Maladie), via un questionnaire de bilan pour les établissements, des entretiens et des ateliers pour les ARS et les représentants de l’Assurance Maladie.

Le mentorat a été jugé très utile par la majorité des établissements, des ARS et de l’Assurance Maladie, permettant de nombreux échanges, des partages d’expériences, et une prise de recul vis-à-vis du quotidien. La mise en œuvre du plan et l’appui de l’ANAP ont ainsi permis aux établissements de :

  • renforcer la coopération entre médecins et cadres de santé, à travers le partage d’information et une association pertinente et opérationnelle sur le virage ambulatoire,
  • renforcer et enrichir le dialogue entre la direction et les équipes médico-soignantes.

L’implication des ROP lors des Sessions Collectives a souvent été perçue comme un levier de mobilisation et de satisfaction des établissements.

Les outils de diagnostic et de suivi de l’avancement et des résultats opérationnels conçus par l’ANAP ont été globalement appréciés. Le processus de validation (voire de contractualisation) des feuilles de route des établissements a permis, selon les ARS, de cristalliser les objectifs du Plan Triennal dans un document, qui a ensuite pu être utilisé comme tableau de bord de pilotage lors du dialogue de gestion. Dans la même idée, la remontée des indicateurs dans le cadre du suivi ANAP a été jugée utile, permettant un dialogue de gestion ARS-établissements sur la base de définitions communes.

Concernant le rôle de Chef de Projet Opérationnel (CPO) en établissement : ses fonctions ont été essentiellement centrées sur le pilotage et la coordination ; la grande majorité de CPO a bénéficié d’un portage institutionnel fort et a dû s’appuyer sur une grande implication des référents thématiques au sein des équipes médicales et soignantes.

Le bilan quantitatif des actions conduites sera réalisé au cours du deuxième trimestre 2018, lorsque les indicateurs opérationnels 2017 des établissements accompagnés seront disponibles. L’analyse de leur évolution sur trois années pleines permettra alors de valoriser les effets des transformations engagées.


L'actu du Cercle TOVA

Retour sur le Cercle TOVA n°5 : des partages d’expériences toujours plus innovantes !

Les supports et documents de restitution du Cercle TOVA #5 sont en ligne ! A travers ces documents de restitution, l’ANAP met à disposition de tous, les outils, méthodes et solutions organisationnelles issus des 90 retours d’expériences présentés au fil des rencontres du Cercle TOVA sur les thématiques clés du virage ambulatoire !

La cinquième édition du Cercle consacrée aux thématiques clés du virage ambulatoire a réuni plus de 300 médecins, soignants et responsables administratifs des établissements de santé publics comme privés. Introduite par le Professeur Guy Vallancien, le Cercle a mis en exergue l’impact du virage ambulatoire sur l’organisation interne des établissements et sur l’organisation des soins sur le territoire lors de deux tables rondes. Cette dernière édition de l’année a également permis de partager avec la communauté hospitalière, les principaux enseignements en termes d’outils, méthodes et solutions organisationnelles sur les six thématiques du Cercle pour amplifier le virage ambulatoire dans les établissements de santé.

Le cercle TOVA a été plébiscité sur l’ensemble des thèmes abordés, tous les acteurs du Plan s’accordant à dire qu’ils doivent perdurer.

L’ANAP met à disposition de tous, les outils, méthodes et solutions organisationnelles issus des 90 retours d’expériences présentés au fil des rencontres du Cercle TOVA sur les thématiques clés du virage ambulatoire :

  • Consultations et soins externes
  • Chirurgie ambulatoire
  • Hôpitaux de jour de médecine
  • Maitrise des durées de séjour
  • Mutualisation des unités de soins
  • Ressources humaines

Retrouvez les supports et documents de restitution du Cercle TOVA #5 en ligne sur le lien suivant :

> Supports et documents de restitution Cercle TOVA #5

 

Pour aller plus loin, consultez les Restitutions des précédentes éditions du Cercle sur le site internet de l’ANAP :

> Supports et documents de restitution Cercle TOVA #4
> Supports et documents de restitution Cercle TOVA #3
> Supports et documents de restitution Cercle TOVA #2

 

Pour tout complément d'information n'hésitez pas à nous contacter : cercle.tova@remove-this.anap.fr


L'appui thématique

Revivez les derniers Cercles blocs et imagerie, et inscrivez-vous aux prochains évènements !

L’ANAP propose aux professionnels un nouveau cycle d’appuis méthodologiques sur les blocs opératoires, l’imagerie, les urgences et les consultations externes.
Ces appuis portent à la fois sur la démarche de diagnostic et sur la démarche de mise en œuvre des principaux leviers d’amélioration de ces plateaux médico-techniques.
Les premières sessions ont eu lieu fin novembre.

Les inscriptions sont ouvertes sur ce lien : http://appuis-methodologiques.fr

Les actes et les supports du Cercle Plateaux médico techniques et solutions durables du 19 septembre 2017 sur la thématique "Comment améliorer le service rendu au patient ?" sont mis en ligne sur les différentes plateformes thématiques :

> http://bloc-operatoire.anap.fr

> http://imagerie.anap.fr/

> http://urgences.anap.fr/

> http://rse.anap.fr

Le prochain Cercle sur les blocs opératoires, urgences, services d'imagerie et développement durable aura lieu le 4 avril 2018 et aura pour thématique principale le travail, avec son environnement interne et externe.

Les inscriptions seront ouvertes en ligne dès février 2018. A suivre sur www.anap.fr


Focus sur...

Interview d’Etienne BILLOT, Directeur de la Stratégie et de la Performance, ARS Océan Indien

Le Tour des régions : l’ARS Océan Indien partage sa vision du Plan Triennal

Quels ont été les enjeux et le contexte de la mise en œuvre du Plan Triennal en Océan Indien ?

L’agence de santé Océan Indien pilote le système de soins à la Réunion et à Mayotte, deux îles dont  la population augmente à un rythme soutenu. La précarité et la prévalence des maladies chroniques sont des sujets qui mobilisent tous les acteurs de la santé qui  doivent s’adapter à une demande en forte croissance. Les deux établissements suivis par l’ANAP assurent une couverture large avec 64% de l’activité régionale MCO et 86% de l’activité publique. Ils sont par ailleurs accompagnés par le COPERMO, ce qui permet un levier incitatif supplémentaire aux orientations entrevues lors des ateliers ANAP. Les changements de directions dans les établissements ont toutefois demandé un temps d’appropriation et de révision des objectifs.

Quelles ont été les modalités d’interaction entre l’ARS et les établissements ?

L’ARS a accompagné les établissements en organisant avec l’ANAP des sessions de formation sur la médecine ambulatoire pour définir des potentiels de substitution vers l’HDJ. Elle a également financé la formation à  l’outil de centralisation de la commande de transports. Enfin, un travail sur la définition des potentiels d’optimisation capacitaire a pu être mis en œuvre à l’aide des outils ANAP en concertation avec l’ARS. Les sessions collectives organisées par l’ANAP permettent de repositionner les différents sujets et leurs avancées.

Quelles sont les thématiques les plus avancées ?

La nécessité d’adopter le virage ambulatoire a été comprise au sein des établissements et intégrée dans les réorganisations architecturales à venir (réorganisation du plateau d’HDJ du site Nord du CHU et reconstruction  du bâtiment principal de site Sud du CHU), même si des marges de manœuvre existent encore en chirurgie. La gestion du transport reste toujours problématique avec une organisation centralisée qui a du mal à se mettre en place.

Comment envisagez-vous les étapes à venir ?

La dynamique concernant le virage ambulatoire doit se poursuivre avec un maintien des comités de pilotage mis en place et le suivi des actions engagées par l’ARS. Le sujet des capacités du CHU reste un dossier complexe dont l’avenir dépendra des orientations fixées en lien avec le COPERMO.


Agenda

  • 1er février 2018 : Séminaire ROP ARS et Assurance Maladie
  • 4 avril 2018 : Cercle sur les blocs opératoires, urgences, services d'imagerie et développement durable