En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus.

Filières de soins : partager des solutions pour améliorer la coordination et réduire les dysfonctionnements

Partager l’information sur les territoires : entre innovation et changement culturel

Autour de l’une des problématiques phares de la coordination1, les acteurs nationaux (ASIP Santé, ANAP), régionaux (ARS, GCS e-santé, GIP e-santé) et professionnels de terrain ont décrit les freins (règlementaires, culturels, technologiques…) mais aussi les outils déployés, les stratégies de déploiement, et les conséquences dans les pratiques des professionnels.

Contribution du social à la prise en charge sanitaire

Le secteur social est au cœur de la loi d’Adaptation de la Société au Vieillissement du 29 décembre 2015 (soutien à la prévention, reconnaissance des proches aidants…). Or, l’organisation des contributions du social au secteur sanitaire est particulièrement importante dans un objectif de décloisonnement et d'articulation des interventions. Elus, acteurs nationaux (CNAV, ANAP…), régionaux (ARS, conseils départementaux...) et locaux (CLIC, pilotes de filières gériatriques) ont présenté des dispositifs concrets existants dans certains territoires, en s'interrogeant sur les conséquences possibles pour les usagers et les stratégies de déploiement.

Outils développés par les acteurs du projet

3 démarches innovantes sont particulièrement porteuses d’amélioration : l’anticipation de situation d’urgence, la grille « TAGRAVPA » (Tableau d'Aide et Grille de Repérage d'Aggravation des Personnes Âgées) mise en place à l’Assistance publique - Hôpitaux de Marseille (APHM) qui permet de flécher dès l’entrée en hospitalisation le risque de ré-hospitalisation à 30 jours et l’étude EGO (Evaluation Gériatrique à l’Officine) démontrant le rôle essentiel des pharmacies d’officine dans la prévention et la lutte contre la iatrogénie médicamenteuse.

Témoignages

Zabouda CRETENET - Soins Et Santé :

« Pour améliorer la transversalité des démarches, il faut déjà arriver à créer cette transversalité au sein d’un même territoire et faire tomber le cloisonnement.  Il est plus que nécessaire de s’adapter aux besoins des patients et usagers, arriver tous ensemble  à leur proposer une offre en ville et à l’hôpital qui réponde à leurs besoins. Contextualiser la demande de l’usager… cela constitue un vrai challenge mais je suis confiante : avoir une vision partagée et des objectifs partagés n’est pas impossible, les choses bougent ! »

Dr. Mireille FONTAINE, ARS Provence-Alpes-Côte d'Azur :

« Parmi les facteurs clés de réussite pour améliorer la transversalité des démarches, la connaissance réciproque et la confiance mutuelle des acteurs est un élément important. Ceci sous-entend une lisibilité des acteurs (de l'offre), un décloisonnement de l'accès aux informations (sanitaire/médicosocial/social) et un retour vers ceux qui auront accepté de partager des informations. Les outils pour réaliser cette transversalité doivent être simples et rapides d'utilisation sans oublier le respect des droits des patients, la nécessaire information et implication dans la mesure du possible des bénéficiaires de cette transversalité. »

 

1. Référence HCAAM 2014, Publication enquête filières de soins