En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus.

La valorisation du patrimoine hospitalier : l’exemple du Centre Hospitalier Bretagne Sud

POURRIEZ-VOUS NOUS DÉCRIRE LE CONTEXTE DANS LEQUEL S’EST INSCRITE LA VALORISATION DU SITE DE BODÉLIO ?

Le Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (Lorient), est l'établissement de référence d'un territoire de santé de 300 000 habitants, partagé entre l'ouest du Morbihan et le sud du Finistère. Avec 46 000 séjours et 41 000 séances, un budget de 225 M€ et 3 000 agents, il figure parmi les principaux établissements de la région. Son activité est partagée sur plusieurs sites. Un nouvel établissement a été construit en centre ville de Lorient afin de permettre le regroupement de ses activités MCO et de moderniser la prise en charge de la population. L'établissement devait donc anticiper son retrait du site actuellement occupé avec un double enjeu :

  • obtenir si possible une valorisation financière de ces 8 hectares
  • éviter des frais de gardiennage rendus inévitables par l'abandon du site

COMMENT LE RETRAIT DU SITE DE BODÉLIO A-T-IL ÉTÉ PRÉPARÉ ?

Une étude a été confiée à un urbaniste afin de permettre à l'établissement de disposer d'une approche objective des possibilités de valorisation du site ; cette étude devait constituer un support de négociation avec d'éventuels repreneurs.

Elle a ainsi permis d'identifier les recettes que pouvait espérer retirer l'établissement dans l'hypothèse où il accepterait de porter l'opération de déconstruction et de viabilisation du site sur une dizaine d'année. Cette hypothèse n'était pas envisagée mais le solde de l'opération constituait un étalon dans de futures négociations.

Un comité de pilotage a été mis en place qui associait la Mairie et l'ANAP, aux côtés de l'établissement. Des négociations ont ensuite été menées avec l'Etablissement Foncier Régional (EFR) qui s'est finalement porté acquéreur pour un montant de 3,2 M€ nets vendeur.

EN QUOI L’ACCOMPAGNEMENT DE L’ANAP VOUS A-T-IL ÉTÉ UTILE ?

L'ANAP a permis d'apporter une expertise technique dans un domaine (foncier, immobilier) que l'hôpital ne maîtrisait guère. Mme BILLY a également pris le relai de l'établissement dans ses échanges avec les élus comme les négociations avec l'EFR. Elle pouvait afficher des positions de défense des intérêts financiers de l'établissement en défendant des positions plus tranchées. Surtout, elle a pu se situer sur un champ technique avec lequel l'établissement était peu familier, se positionnant en interlocutrice avertie de l'EFR. Cette expertise a évité un enlisement des négociations et permettra à l'établissement de limiter au strict minimum ses frais de gardiennage après l'abandon du site (deux mois).