En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus.

« Le projet immobilier est toujours au service du projet d’établissement » Cyril Coulet, COALLIA

Vous avez contribué au guide de l’ANAP sur les repères organisationnels et de dimensionnement en surface en EHPAD. Pourquoi avoir apporté cette contribution ?

J’ai été sollicité pour participer à ce groupe de travail par la FEHAP, qui est notre fédération employeur pour les établissements d’hébergement pour personnes âgées. COALLIA est en effet l’un des seuls acteurs associatifs à compter un département d’assistance à maîtrise d’ouvrage. Nous comptons également une SA HLM, dédiée à la gestion de certains de nos bâtiments. COALLIA dispose ainsi de compétences en matière de conception, de réalisation et d’entretien de bâtiments dans le secteur social et médico-social. Cette palette de compétences est assez rare parmi les organismes gestionnaires. Il nous a semblé intéressant de partager nos retours d’expérience, d’autant qu’en interne, nous avons réalisé un référentiel architectural et technique pour nos établissements médico-sociaux.

Les autorités de tarification et de contrôle nous opposent souvent le prix de journée moyen départemental dans nos échanges tarifaires. Or le coût du cadre bâti reflète des situations contrastées qui méritent d’être mises en lumière. Il me semble que ce guide a aussi une vocation pédagogique à destination des Conseils départementaux et des délégations départementales des ARS.

Selon vous, qu’apportent concrètement ces repères et ces retours d’expérience aux gestionnaires d’EHPAD et aux autres acteurs du système ?

Ce guide a la vertu de donner des repères pour la conception et le fonctionnement des établissements. Les organismes gestionnaires peuvent y trouver des éléments pour la définition d’un préprogramme architectural en cas de création ou de restructuration d’un établissement. Les autorités de tarification et de contrôle peuvent également prendre appui sur le guide de l’ANAP pour appréhender le projet qui leur est soumis. J’ai d’ailleurs eu l’occasion de le constater récemment dans mes échanges avec les techniciens d’un Conseil départemental. Ces guides ne sont donc pas à l’usage exclusif des organismes gestionnaires.

Il importe de se doter d’éléments de cadrage, afin de bénéficier d’éléments objectivables, notamment dans l’identification des coûts. De notre expérience, en création comme en reprise d’établissement, les situations sont contrastées. Certains établissements ont été légués à des organismes gestionnaires et ne correspondent pas du tout aux besoins des publics accueillis. Il est donc nécessaire de faire émerger une base partagée quant aux besoins de fonctionnement d’un établissement, pour  tendre vers un confort d’usage maximum tant pour les résidents que pour les salariés.

Selon vous, comment doivent s’articuler le projet immobilier et le projet d’établissement ?

Le projet immobilier est toujours au service du projet d’établissement. Il doit refléter des éléments du projet d’établissement, notamment le confort de vie proposé aux résidents, en matière de taille des chambres, d’organisation des unités de vie ou de locaux collectifs. Les bâtiments doivent être fonctionnels et lisibles avec des spécialisations par zone. Des réflexions doivent également être menées en ce qui concerne les flux, afin de respecter la réglementation, et l’optimisation de la main-d’œuvre, certaines conceptions architecturales étant très gourmandes en effectif.

Quels conseils donneriez-vous à un gestionnaire d’EHPAD qui se lancerait dans un projet de construction ou d’extension d’EHPAD ?

Notre premier grand conseil consiste à bien réfléchir à son préprogramme et à prendre le temps d’identifier et de dimensionner les espaces. Il faut également incorporer les contraintes liées aux flux - notamment pour les circuits du propre et du sale -  et bien dimensionner les unités au regard des caractéristiques du public accueilli, des besoins en matière de stockage et d’entretien. Des zones présentant une certaine homogénéité en matière fonctionnelle doivent aussi être identifiées, pour clarifier la logique de flux. Enfin, il semble opportun de bien penser la modularité du cadre bâti. En effet, nos bâtiments peuvent être amenés à évoluer. La conception architecturale doit donc être assez souple.

L’association COALLIA

Association de loi 1901 gestionnaire de plus de 250 établissements, services sociaux et médico-sociaux en France.

L’association COALLIA a été créée en 1962, avec comme premier métier la formation à destination des travailleurs migrants. Elle a ensuite évolué vers la gestion et la construction de résidences pour travailleurs migrants, puis, sur le champ social, avec des centres d’hébergement d’urgence, des centres d’accueil de demandeurs d’asile, des maisons-relais, etc. Sur le champ médico-social, Coallia est gestionnaire d’EHPAD, de résidences autonomie, de foyers d’hébergement, de foyers de vie ainsi que de Foyers d’Accueil Médicalisés et de Maisons d’Accueil Spécialisées, soit des structures dans le champ de l’accompagnement du handicap et de celui des personnes âgées, autonomes ou dépendantes.

> www.coallia.org

 

Le guide « Repères organisationnels et de dimensionnement en surface en EHPAD » et le retour d’expériences sont disponibles en téléchargement sur le site de l’ANAP. Le guide peut être commandé en version papier