En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus.

OVE expérimente le tableau de bord du médico-social

LE TABLEAU DE BORD DU MÉDICO-SOCIAL DE L'ANAP A ÉTÉ TESTÉ AU SEIN D'OVE. COMMENT S'EST PASSÉE CETTE EXPÉRIMENTATION ?

La première expérimentation a concerné 8 établissements et services. La deuxième a représenté une trentaine d'établissements, soit environ la moitié de nos effectifs.

Cette démarche  a été concomitante avec une réflexion sur le système d'information d'OVE et nous a permis d'effectuer un véritable bond qualitatif, qu'il s'agisse des indicateurs disponibles, bien sûr, ou de l'organisation de l'information. Travailler avec l'ANAP sur le tableau de bord nous a ainsi permis de consolider le socle de données (400 items) à disposition de nos établissements et services, qui irrigue notre système d'information et permet de répondre à la plupart des besoins.

L'ouverture de l'expérimentation aux organismes gestionnaires a été déterminante : dans une organisation centralisée comme la nôtre, dont la croissance est rapide (18 établissements et services à la fin des années 90, 60 aujourd'hui), un système d'information parfaitement structuré est nécessaire, tout comme la prise de conscience du rôle majeur joué par la direction générale et ses services. Nous avons souhaité centrer les établissements sur leur cœur de métier, à charge pour la direction et les fonctions support de s'occuper du pilotage « politique » du groupe. C'est pourquoi l'expérimentation proposée par l'ANAP a bien correspondu à nos préoccupations.

COMMENT LES ÉTABLISSEMENTS SE SONT-ILS APPROPRIÉ CE TABLEAU DE BORD ?

OVE a choisi de ne pas subir le changement de paradigme initié par la loi de 2002 puis par la loi HPST. Nous entendons au contraire le mettre à profit, notamment en ce qui concerne le pilotage des structures. C'est la raison pour laquelle nous communiquons largement sur cette thématique, a fortiori depuis le début sur cette expérimentation avec l'ANAP, vis-à-vis de toutes les structures d'OVE.

Au-delà de la communication, nous avons d'ores et déjà appuyé le remplissage du Rapport annuel de fonctionnement de l'ensemble de nos structures sur le tableau de bord ANAP. Le renseignement du tableau de bord étant rapide (1h30 à 2h par établissement), le rapport coût/bénéfice n'est pas discutable. Dans ces conditions, le déploiement du tableau de bord au sein d'OVE ne devrait pas poser de problème : l'utilisation de tels outils est intégrée à la culture de nos gestionnaires, le tableau de bord est bien perçu comme un outil de pilotage, d'échange et de dialogue de gestion. Dialogue au sein du groupe mais aussi dialogue avec les acteurs institutionnels comme les ARS.

QUELLES SONT VOS ATTENTES VIS-À-VIS DU TABLEAU DE BORD, AU-DELÀ DES FONCTIONNALITÉS ACTUELLES ?

Nous souhaitons réussir à faire du tableau de bord à la fois un outil du quotidien et un outil prospectif. Pour en faire un outil du quotidien, il s'agira de mobiliser l'information à sa source en alimentant automatiquement le tableau de bord avec les données déjà disponibles dans nos progiciels de gestion, sans avoir à produire ou reproduire ces données via une intervention humaine. Par ailleurs, le tableau de bord sera parfaitement complet quand il sera aussi un outil d'aide à la décision, de scénariser des situations, de comparer des solutions envisagées... Enfin, nous attendons la mise en place d'un référentiel d'activités.