En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus.

« La clé de réussite des parcours en psychiatrie est l’engagement de l’ensemble des acteurs », Sylvie Dugas, ARS Bretagne

Vous avez fait partie de la première vague d’expérimentateurs de la démarche. Qu’en avez-vous retiré ?

Cette expérimentation nous a permis de passer de la théorie à la pratique en matière de démarche parcours, en bénéficiant de l’appui méthodologique de l’ANAP.
Pour nous, la réussite est d’avoir fait la démonstration qu’une démarche de ce type était possible, qu’elle pouvait générer une dynamique partenariale constructive et  aboutir à la mise en œuvre d’actions concrètes.

Quelles sont les clés de réussite du projet ?

La clé de réussite essentielle est l’engagement d’un ensemble d’acteurs dans une dynamique partenariale exigeante en termes de temps consacré et de degré d’implication. Elle a été effective en Bretagne avec la présence active tout au long du projet des principaux opérateurs, institutionnels et représentants des usagers et de leurs familles. Cette dynamique partenariale a eu des effets au-delà même du périmètre de ce projet.
L’engagement fort de l’ARS dans le  pilotage de ce projet ainsi que la guidance méthodologique de l’ANAP ont été structurants pour le caractère productif de la démarche et facilitateurs pour la dynamique partenariale, en particulier en assurant l’expression de tous dans un partenariat équilibré.
Enfin, dans la phase de mise en œuvre, le choix au sein du plan d’actions de quelques actions qui « donnent à voir » assez rapidement  des réalisations concrètes est important pour maintenir la mobilisation sur la durée.

Avez-vous déployé la méthode dans d’autres territoires ?

Pas encore. Un élément de contexte essentiel en 2016 est la publication de  la loi de modernisation de notre système de santé et notamment son article 69 qui pose les bases juridiques d’une politique de santé mentale territorialisée et centrée sur l’accès de tous à des parcours de santé et de vie de qualité, sécurisés et sans rupture. Cet article prévoit le déploiement de projets territoriaux de santé mentale associant l’ensemble des acteurs concernés.
L’année 2016 a donc pour nous été consacrée, d’une part à tirer les leçons de l’expérimentation du projet ANAP et à les restituer aux acteurs, d’autre part à animer un travail de concertation régional sur la mise en œuvre de l’article 69. L’enjeu collectif est en effet de mettre en synergie le double outillage, juridique et méthodologique pour le déploiement de la démarche parcours pour les personnes vivant avec un trouble psychique.

Quelles ont été les difficultés rencontrées ?

Certaines difficultés ont été liées aux tâtonnements inhérents au caractère expérimental du projet, la construction de la méthode et des outils se faisant au fur et à mesure de la démarche. Ils ont donné lieu à l’élaboration par l’ANAP d’un guide méthodologique, maintenant disponible.  
Le partenariat est apparu à la fois comme une force et  comme un enjeu. Les difficultés liées au partenariat ont été liées à la faible implication de certains acteurs (par exemple les acteurs de la médecine générale ou des acteurs médicosociaux non spécialisés dans le handicap psychique). Elles ont aussi été liées à la capacité à maintenir le degré d’implication des acteurs sur la durée du projet.
L’approche participative visant l’expression de tous dans un partenariat équilibré est essentielle pour l’adhésion des acteurs. L’organisation en mode projet, le rôle du pilotage et le choix de certaines actions de mise en œuvre rapide sont des éléments de support importants.

Auriez-vous des conseils à prodiguer à vos homologues dans les ARS qui souhaiteraient se lancer dans la démarche ?

La question se pose un peu différemment maintenant. L’un des enjeux importants pour les ARS va être d’accompagner le déploiement des projets territoriaux de santé mentale prévus par la loi.
Dans ce cadre, les ARS n’ont pas un positionnement de pilote mais plutôt  d’accompagnement des acteurs dans la démarche. Nous travaillons actuellement avec les acteurs régionaux à un cadre d’action partagé pour l’élaboration des PTSM.
L’un des conseils qui reste pertinent dans la démarche PTSM est de s’appuyer sur le guide méthodologique élaboré par l’ANAP, en l’adaptant au nouveau périmètre (l’ensemble de la population et pas seulement les adultes) à de nouvelles modalités de pilotage.

 

 

Le guide « Mettre en œuvre un projet de parcours en psychiatrie et santé mentale - Méthodes et outils pour les territoires » et le kit d’outils sont en téléchargement sur le site de l’ANAP. Le guide peut être commandé en version papier.

Contact(s)