En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus.

Accès aux soins et gestion des flux de patients : retour sur le Cercle ANAP du 13 novembre 2019

Cette journée a été ouverte par Katia Julienne qui a détaillé le plan de refondation des urgences, annonçant que sa mesure phare, le service d’accès aux soins pour mieux organiser l’amont, était prévue pour juin 2020. Plus proche, la mise à disposition du BJML, qui permettra aux ARS de donner des moyens là où cela sera nécessaire, sera effective dès décembre 2019. Eclairage original, l’intervention de Florence Laizier directrice adjointe des offres et de la performance chez RATP Dev a permis de tracer des parallèles avec l’activité hospitalière. Ainsi en matière d’anticipation des flux, algorithmes et big data sont analysés, comme cela se développe en secteur hospitalier. Enfin Annie Morin, représentante des usagers du CHU Montpellier a rappelé les attentes des usagers.

> Présentation de Katia Julienne

> Présentation de Florence Laizier

> Présentation d'Annie Morin

Retours d'expérience

GESTION DES FLUX : RETOUR SUR LA CELLULE DE RÉGULATION DU CH LE MANS

En 2015, le CH Le Mans identifiait le besoin de gérer les épisodes de tension en agissant sur tous les déterminants de la gestion des lits. L’ANAP est intervenue dans ce projet pour répondre à un triple objectif concernant le patient, l’aval des urgences et les unités d’hospitalisation. Il s’agissait de placer le patient dans le bon lit avec la bonne équipe ; fluidifier l’arrivée des patients des urgences en désignant un seul interlocuteur ; permettre aux unités d’hospitalisation de se centrer sur leur mission de soin en réduisant le nombre d’appels avec une ligne prioritaire médecin-cellule d’ordonnancement.

Agnès Bonain, Florence Desarthe, Antoine Loubireu et Christophe Lindner sont revenus sur la création de cellule d’ordonnancement et de programmation, très utile pour l’optimisation des lits et pour fluidifier le parcours avec des médecins de ville sachant où adresser leurs patients. Ces professionnels ont également détaillé la création d’un outil commun à tous les établissements du GHT pour avoir une vision territoriale des besoins en lits. 

> Présentation du CH Le Mans

 

COMMENT FAVORISER LA REPROGRAMMATION EN AMBULATOIRE ?
LES EXPÉRIENCES DE LA POLYCLINIQUE LA CLARENCE À DIVION ET DE L’HÔPITAL PRIVÉ D'ANTONY

Parce qu’on peut apprendre beaucoup des difficultés rencontrées dans un projet, l’ANAP ne choisit pas uniquement des retours d’expérience complètement réussis. Deux établissements ont ainsi fait part d’expériences diverses :

  • Une expérience de reconvocation en HDJ après un passage aux urgences présentée par le D°Karine Humbert de la Polyclinique de La Clarence à Divion : le constat de sous occupation de l’HDJM dans un contexte de pénurie de cardiologues de ville avait poussé la polyclinique La Clarence à développer un projet de reconvocation en HDJ des patients admis aux urgences pour problème cardiaque. La pénurie de cardiologue qui touchait la région n’a pas épargné la clinique, et après plusieurs départs, ce protocole pourtant bénéfique au patient, a dû être mis sur pause.
    > Présentation de la Polyclinique de La Clarence à Divion
  • Un protocole organisationnel entre les urgences et la cellule du bloc opératoire avec de nombreux effets positifs, présenté par les D°Bauer et Quilliec de l’hôpital privé d’Antony : ce projet avait pour objectif d’optimiser la prise en charge en chirurgie ambulatoire à partir des urgences et qu’elles ne désorganisent pas les interventions programmées. Un travail en circuit court avec un bloc par spécialité, un binôme médecin-IDE a eu pour conséquence de minimiser les temps d’attente avec les plateaux techniques et diminuer drastiquement le temps d’attente aux urgences. 
    > Présentation de l'hôpital privé d'Antony

Ateliers

COMMENT GÉRER L'AMBULATOIRE EN APPROCHE TERRITORIALE 

Les Prs François Richard et Jacques Hubert ont mis l’accent sur l’intérêt grandissant de la pratique chirurgicale en équipe territoriale :

  • La présentation de l’expérience de l’équipe d’urologie du CHU de Nancy montre que la pratique chirurgicale en équipe territoriale est d’ores et déjà une réalité. Les regroupements territoriaux dans le cadre de réforme des régimes d’autorisation en chirurgie favoriseront probablement cette dynamique territoriale.
  • Une analyse fine des facteurs de succès et des freins identifiés a été partagée avec la cinquantaine de personnes présentes (ARS, médecins, soignants et administratifs) mettant en évidence l’intérêt pour un praticien ou un établissement de se lancer dans cette « aventure ».
  • Pour la pratique médicale (hôpitaux de jour) en équipe territoriale, les participants ont débattu sur les enjeux stratégiques organisationnels afin de mieux appréhender le sujet : Faut-il partir de l’offre existante pour organiser des services HDJ en médecine (même en absence de toutes les spécialités ou ressources), ou partir des besoins réels de la population en concentrant les ressources humaines et matérielles sur un territoire de sante ?
  • La pratique médicale en équipe territoriale semble moins avancée en comparaison de la chirurgie : complexité du sujet ? refonte de la circulaire frontière ? implication des sociétés savantes ?

ORGANISATION DES SÉJOURS, MODÉLISER LES FLUX TERRITORIAUX

Anticiper le devenir et les actions à mener avec la famille du patient dès son arrivée dans un établissement est un gage de qualité mis en avant par les acteurs hospitaliers.

Cet atelier a permis d’aborder plusieurs pistes concrètes que ce soit dans le cadre d’une prise en charge médicale ou chirurgicale, les différents intervenants auprès du patient doivent nécessairement mieux communiquer et se coordonner sur leur territoire pour fluidifier les parcours de soins.