En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus.

Hôpital numérique, publication sur l'Articulation du dossier patient

EN QUOI CONSISTE VOTRE MISSION D'EXPERT AU SEIN DU COLLÈGE CONSTITUÉ PAR L'ANAP ?

Patrick BLANCHET, médecin, anesthésiste réanimateur à la Capio Clinique des Cèdres de Cornebarrieu, Référent Informatisation du Parcours Patient missionné par la Clinique des Cèdres et le Groupe Capio France
Patrick BLANCHET, médecin, anesthésiste réanimateur à la Capio Clinique des Cèdres de Cornebarrieu, Référent Informatisation du Parcours Patient missionné par la Clinique des Cèdres et le Groupe Capio France
Nous avons pour rôle de concevoir et écrire des outils qui répondent aux besoins des établissements de santé pour atteindre les objectifs d'informatisation du parcours patient dans le cadre du Plan Hôpital Numérique. Le travail en équipe pluri professionnelle au sein du Collège permet la qualité de la démarche. Nous identifions les difficultés rencontrées et tentons d'y répondre à partir de nos connaissances et expériences mais aussi beaucoup en nous appuyant sur des retours d'établissements de Soins déclarant avoir surmonté ces points durs, pour transmettre ainsi les meilleures pratiques possibles. Ces outils sont destinés à être portés par les " Ambassadeurs " au sein des Etablissements de Santé.

LE COLLÈGE PUBLIE AUJOURD'HUI UN GUIDE SUR L'ARTICULATION ENTRE DOSSIER COMMUN ET DOSSIERS DE SPÉCIALITÉS, POURQUOI AVOIR JUSTEMENT CHOISI DE TRAVAILLER SUR CE THÈME ?

Ce sujet fait partie des points durs identifiés par le Collège : l'articulation du dossier patient commun avec les dossiers de spécialité dans le cadre de l'informatisation de la production de soins. Très souvent les  établissements de santé utilisent plusieurs outils informatiques dans un même parcours : lorsqu'un patient arrive à l'hôpital, son dossier est renseigné dans un logiciel (gestion des lits, dossier patient commun…), puis lorsqu'il change de service, les mêmes informations peuvent être saisies dans un autre outil (dossier d'anesthésie, de réanimation…). C'est un vrai problème, même s'il peut sembler caricatural, la réalité est là : des outils ont été mis en place de façon déconnectée, " en silos ", les médecins et soignants sont amenés à saisir énormément de données, celui qui est ensuite censé recevoir l'information a dû mal à s'y retrouver. Il est indispensable de " penser " interopérabilité dès le départ pour avoir la bonne information présentée au bon soignant au bon moment pour le bon patient. Sinon, pour les établissements en difficulté, il faut mener une politique du changement avec les bons réflexes. Nous mettons en avant dans cette publication les pistes d'actions et les moyens de les mettre en œuvre. Nous avons également mené un travail de sémantique avec une présentation des différents échelons d'articulation pour réussir finalement à mettre en place l'interopérabilité bidirectionnelle des informations pertinentes qui nous est apparue rapidement comme le bon objectif. Le retour d'expérience des cinq établissements visités nous a guidés dans l'écriture de la démarche qui peut être menée. Les enjeux d'une interopérabilité réussie sont majeurs pour la meilleure prise en charge du patient (optimisation de la décision thérapeutique, diminution du risque de perte de chance). Les impacts économiques sont également indéniables, tant pour l'Etablissement de Santé (facilité à générer le bon GHS) que pour le Système de Santé (diminution des redondances d'examens, diminution des accidents thérapeutiques).

QUELLES SONT LES PROCHAINES PRODUCTIONS PRÉVUES PAR LE COLLÈGE ?

Nous travaillons en ce moment sur le pilotage médico-économique, mais aussi l'interface " homme-machine ", l'archivage, les consultations externes… nous avons encore beaucoup de travail à venir au niveau du collège des experts pour participer à donner toutes les chances à ce Plan National.