En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus.

Le PACSS ARS et l'ARS Bretagne

QUEL EST LE PROJET QUI A BÉNÉFICIÉ DE L'ACCOMPAGNEMENT DE L'ANAP ?

Nous avons sollicité l'ANAP sur le projet consacré aux pôles et maisons de santé pluri-professionnelles (MSP), avec un double objectif : d'abord l'acculturation et le renforcement des connaissances des personnels en délégation territoriale et au siège sur les problématiques de l'offre de soins libérale ; ensuite le soutien au management pour accompagner les sites dans l'émergence d'un projet de santé qui deviendrait demain un pôle ou une MSP.

Dès la création de l'Agence, nous avions travaillé sur ce projet, surtout pour nous rendre compte que les histoires, les cultures et les compétences  des équipes régionales et locales étaient différentes. Quand nous avons sollicité l'ANAP fin 2011, le contexte était cependant plus favorable : des personnes référentes en délégation avaient été identifiées sur l'ambulatoire et l'équipe régionale restait volontaire pour amener les équipes locales à se positionner. L'ambition était de créer une équipe régionale, complémentaire dans ses composantes en délégation et au siège.

QUELLE FUT LA MÉTHODE MISE EN APPLICATION ?

Nous avons constitué un groupe régional associant l'ensemble des personnes amenées à travailler sur ce champ, tant au niveau technique qu'au niveau managérial. Ce fut cependant au moment où les projets territoriaux de santé mobilisaient fortement les délégations territoriales, ce qui a posé des problèmes de disponibilité au niveau de l'encadrement.

Avec l'ANAP, notre première préoccupation fut de vérifier que les enjeux avaient été identifiés. C'était bien le cas, dans le sens où l'enjeu de l'acculturation sur l'ambulatoire était primordial, notamment en DT mais l'enjeu managérial était aussi important avec des moyens et une organisation qui n'étaient pas vraiment stabilisés. Nous avons pris le parti de laisser les équipes s'exprimer et de laisser le soin aux personnes missionnées par l'ANAP de passer les messages sur les enjeux du premier recours : si ces messages avaient déjà été exprimés par l'équipe régionale, la neutralité de l'ANAP a renforcé leur portée. On peut donc dire que des enjeux humains et organisationnels ont été abordés à cette occasion. Aujourd'hui, les binômes DT/Siège sont renforcés et coopèrent efficacement.

QUELLE EST LA CLÉ DE RÉUSSITE DU PROJET POUR DEMAIN ?

Cette diffusion d'une culture commune se poursuit aujourd'hui parce qu'en parallèle les organisations ont évolué. Les directeurs des délégations comme les référents techniques ont pris conscience de l'importance de cette démarche. C'est l'enjeu maintenant pour l'encadrement intermédiaire qui va pouvoir se consacrer davantage aux priorités de l'ambulatoire notamment dans le cadre de la mise en œuvre des Projets territoriaux de santé  et renforcer ainsi leur rôle transversal. Aujourd'hui, les référents demandent à ce que les réunions se poursuivent, sur le même format siège/DT, de façon à conforter l'appropriation respective.

En définitive, la clé de succès est bien l'acquisition d'une culture et de compétences communes et c'est ce sur quoi l'accompagnement de l'ANAP, intervenant extérieur sans position hiérarchique, a été appréciable.