En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus.

Qualité de vie au travail et risques psycho-sociaux : l'expérience du CH de Lagny-Marne la Vallée

En juin 2012, le CH de Lagny, en lien avec l'ARS Ile de France, sollicite l'ANAP. Eric Roussel, aujourd'hui directeur délégué du CH, revient sur le début de l'accompagnement : « il ne s'agissait pas du déménagement de services dans un autre bâtiment mais sur un autre site, dans une autre ville, à Jossigny, avec un changement de mode d'organisation du travail, d'offre d'accueil pour les patients. Il fallait accompagner le changement, auprès des professionnels, qui travaillent pour certains depuis plus de 30 ans dans les services concernés. » Début 2013, près de 2000 personnes quittent 11 pavillons pour un bâtiment unique sur 3 niveaux. Il s'agit pour l'ANAP et AlteRHego, au-delà du déménagement, de mettre en place une politique et un dispositif pérenne de développement de la qualité de vie au travail et de prévention des risques psycho-sociaux.

CRÉER UNE CELLULE D'ÉCOUTE À DISPOSITION DES PROFESSIONNELS

Un comité de pilotage est institué en juin 2012. Dès les 1ères réunions, Eric Berthet Directeur du cabinet AlteRHego, perçoit «  l'engagement des professionnels comme un élément marquant ». Il précise : « Chaque métier porte en lui ses propres risques liés au contenu, au rythme, aux relations avec les autres. A l'hôpital, la plupart des professionnels font leur métier par passion, par vocation. Les  professionnels pensent d'abord à soigner, et leur bien être personnel peut parfois passer  au deuxième plan, mais cela ne veut pas dire qu'ils n'ont pas besoin de soutien ».

Un plan d'actions  est défini puis présenté au CHSCT, avec 2 axes prioritaires : la création d'une cellule d'écoute à disposition des professionnels et l'organisation d'actions « mémorielles », destinées à ritualiser le départ du site et assurer la meilleure transition possible durant toute la phase de déménagement et d'installation. L'ouverture de l'espace d'écoute permet d'apporter à près de 100 professionnels un soutien psychologique. Près de 500 échanges « informels » ont aussi lieu, qui ont permis l'expression collective ou individuelle sur les situations vécues. Une soirée festive est organisée en décembre 2012, marque la fermeture de Lagny et rassemble près de 800 personnes. Un livre d'or « mémoire » est également réalisé ainsi qu'une fresque-mosaïque composée des visages de 800 agents du CH de Lagny, qui sera très prochainement exposée dans l'établissement de Marne la Vallée à Jossigny. Ces actions complètent le travail préparatoire de fond menés par Mariane Cardaliaguet, DRH jusqu'en avril 2012. C'est à partir de  cette préparation organisationnelle et humaine que s'est ancré le projet de prévention des RPS à Lagny-Jossigny.

ACCOMPAGNER AU CHANGEMENT

Eric Roussel, directeur délégué du CH de Marne la Vallée rappelle que la présence de l'ANAP et du cabinet AlteRHego a « incité à structurer l'accompagnement au changement. Cela nous a poussés à construire et à avancer ensemble, avec des temps d'échanges. L'accompagnement, c'est aussi la présence d'un tiers, et cela peut aider à avancer ensemble et plus efficacement ».

L'établissement souhaite prolonger ce travail avec l'ANAP, avec la mise en place d'un programme d'amélioration de la qualité de vie au travail. « Celui-ci va concerner l'ensemble des personnels médicaux et non médicaux. Il s'inscrit dans une politique plus large que les seuls risques psycho sociaux, inscrite au volet social de notre projet d'établissement 2013-2017 », précise Eric Roussel.

« Au-delà du travail sur le document unique, qui est réglementé, ce groupe sera amené à identifier les RPS, avec une vision qui ne se voudra pas utopique, l'idée étant de ne pas réinventer le monde, mais plutôt : avec les moyens existants, qu'est–il possible d'améliorer, de mettre en place ? » insiste Eric Berthet. Les 1ères conclusions du groupe seront rendues à l'automne.

PARTAGER ET CAPITALISER

L'ANAP a déjà accompagné plusieurs établissements dans des projets de mobilité, mais «  il s'agit de  la 1ère fois que nous nous intéressons de près aux risques psycho sociaux. » précise Claude Bernard, Directeur associé en charge des projets ressources humaines de l'ANAP. «  Nous souhaitons, à travers l'accompagnement du CH de Marne la Vallée, partager et capitaliser pour les autres établissements avec une publication à paraitre début 2014. Une politique de risques psycho-sociaux type n'existe pas, elle doit être partagée, concertée et intégrée. »