En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus.

Retour sur la 9ème Université d'été de la performance en santé

"La capacité humaine à changer nos pratiques", Philippe de Mester, DG ARS PACA

« Pour conduire des transformations réussies, il faut avoir un savoir-faire, des objectifs clairs et de la détermination. Transformer n’est pas simple et nous avons appris ensemble, tout au long de ces années. Aujourd’hui, nous sommes en mesure de mieux conduire ces transformations et nous commençons à comprendre les leviers de leur réussite. Nous avons désormais des évaluations et des indicateurs, du recul sur les méthodes. Les ARS ont muri, tissé des partenariats sur l’ensemble du territoire. L’action collective et notre capacité à fédérer sont d’ailleurs une des clés du succès et de nos réussites. […]

Une transformation réussie ne peut se faire contre ceux qu’elle est sensée servir. La concertation, l’ancrage territorial sont des conditions essentielles de réussite. […] A l’égard de tous, notre responsabilité est d’expliquer, concerter, dialoguer, négocier, toujours. […] Un frein majeur reste notre capacité humaine à changer nos pratiques et c’est pour cela que des journées comme celles-ci sont essentielles pour échanger, partager, répliquer et diffuser les réussites » 

> Voir ou revoir l’intervention de Philippe de Mester (cliquer sur la flèche pour lancer la vidéo)

"L’implication de tous et l’imagination pour transformer nos organisations", Sophie Martinon, DG ANAP 

« Comment faire vraiment changer les choses au niveau du système de santé ou à l’échelle d’un territoire, pour l’usager, pour le patient ? Aujourd’hui, ce qui se passe à l’hôpital a un impact sur la ville, ce qui se passe en ville a un impact dans le médico-social et inversement… Cette interdépendance nécessite l’implication de tous. L’implication de tous pour mener une transformation du système de santé à l’échelle d’un territoire, et penser une offre de service. […]

Pour se transformer, on a besoin de se mettre à la place de l’autre, d’imaginer, d’inventer pour chacun des nouveaux rôles dans le système de santé, des nouveaux parcours de soin, d’être capable de changer de point de vue. Pour transformer, il faut aussi changer soi-même. Accepter les évolutions et les maîtriser, adapter ses relations avec les autres professionnels, avoir une vision plus inclusive, changer sa propre posture dans le système...

Le temps, l’implication de tous, l’imagination… font partie des ingrédients indispensables à une transformation réussie et contribuent à l’évolution du système de santé. L’objectif de ces deux journées : développer de nouveaux "super pouvoirs" pour transformer nos organisations à l’issu de ces universités d’été. »

> Voir ou revoir l’intervention de Sophie Martinon (cliquer sur la flèche pour lancer la vidéo)

"Etre curieux et rester ouvert pour ne pas avoir peur de la transformation", Christian Clot, explorateur-chercheur, projet Adaptation (Inserm, CNRS)

« Comment l’homme peut-il s’adapter face à des situations extrêmes ? L’extrême, c’est se retrouver face à une situation à laquelle nous ne sommes pas habitués. […] Les changements ne sont compréhensibles qu’en rapport avec l’impact qu’ils ont sur nous, nos proches, notre environnement perceptible au travers de nos émotions. On pourra mettre en place toutes les transformations possibles, si l’humain n’est pas prêt à changer, il ne changera pas. La question à se poser est donc comment emmener les gens avec nous dans un projet de transformation. […] Comment donner aux autres l’envie de suivre.

Pour cela, il faut aller conquérir la situation du changement, imaginer. Quand on construit un hôpital, un centre de soin, un concept de soin, le plus important n’est pas d’assister au résultat final mais d’impulser le projet, de construire pour les autres. Cela demande du courage et nécessite d’affronter ses peurs. Si l’on regarde la peur en face, on trouve la solution pour lutter contre. Et pour cela, la meilleure solution reste la collaboration. […]

Cela permet de s’adapter, de développer son imagination, c’est-à-dire de développer de nouvelles systémiques de pensées. […] Quand un cerveau est soumis à un changement, il va chercher en lui-même tout ce qu’il a à disposition pour reconstruire une compétence. Plus vous serez ouvert et curieux au changement, plutôt que soumis et dans la peur, meilleur vous serez dans les nouveaux domaines de compétences qui vous seront proposés demain ».

Voir ou revoir l’intervention de Christian Clot (cliquer sur la flèche pour lancer la vidéo)

 

 

Consultez les présentations des ateliers

Et rendez-vous l’année prochaine à Dijon !

La 10ème édition des université d'été de la performance en santé se tiendra à Dijon les 3 et 4 septembre 2020.